top of page

Le besoin de l'autre




Avoir besoin de l’autre est aussi un cadeau.


Parfois on a simplement besoin de quelqu'un pour nous éclairer sur notre état intérieur, sur ce qui se raconte, l'histoire à laquelle on s'accroche, là dans l'instant, sur ce qui se passe en nous.


Parfois on ne sait tout bonnement pas. On ne voit pas quelles sont les pensées auxquelles on est en train de croire, quelles sont les idées, les croyances, les interprétations qui nous font souffrir à un moment précis.


Ce n’est ni de la faiblesse ni de la stupidité. C’est parfois seulement un prétexte à se relier à l’autre, comme un appel profond qui nous traverse, un feu intérieur qui nous pousse vers l’autre, à avoir besoin de l’autre pour se voir soi-même. L’appel à l’autre tel un cadeau, une occasion de lien, de communion.


Quelque chose aspire à guérir, à aller mieux. Il y a un mouvement qui pousse à chercher de l’aide. C’est plus fort que soi, ce n’est pas un choix.


Alors on s’accroche à la première main tendue, à la première attention offerte. On voit des signes partout, des lueurs, des issues possibles. On prend ce qui vient. Tout devient un outil au service de cet élan. Le choix d’avancer se pose et les voies à suivre s'imposent. On cherche, on a soif de guérison. Ce n’est pas nous qui faisons, cela se fait à travers nous.


Alors surgissent devant nous des amis, des aidants, des guérisseurs, des présences paisibles. Des parfums d’amour, des regards bienveillants, des tendresses spontanées. Non pas qu’ils n’étaient pas là avant, c’est juste qu’ils ne nous apparaissent que maintenant. Maintenant que c’est l’heure, le moment. Car il y a un moment pour tout.


L'autre n'est pas un sauveur, c'est seulement un pointeur, un doigt qui oriente vers autre chose, une autre possibilité, un autre regard, une autre sensibilité. Ne sous-estimons pas la force de cette porte qui s'ouvre, de cette petite voix qui nous guide, qui, telle une bénédiction, nous chuchote : « et si la vérité pouvait être toute autre, à travers l’autre ? » Pour se retrouver, à travers l’autre.


Le miracle c’est cela, simplement une porte qui s’ouvre.







Comments


bottom of page